Au fil de quelques articles sur  



J'ai rêvé de lumière

Roman




J’ai rêvé de lumière mérite de devenir un classique "

R.M. ALBERES, Les Nouvelles littéraires

***

"J’ai rêvé de lumière (Calmann-Lévy) de Pierre Molaine, se distingue de la production actuelle par des qualités qui n'ont pas de date ; elles sont de toujours, elles sont de l’ordre classique et peuvent se résumer en deux mots : vérité et simplicité."

André BILLY, Le Figaro

***

" Perfection sans défaillance… Réussite d’art… Un tragique authentique ".

Pierre-Henri SIMON, Le Monde

***

" Tout converge à faire de J’ai rêvé de lumière une réussite d’art "

Pierre-Henri SIMON, La Vie littéraire

***

"Un monde transparent, en pleine sympathie humaine"

Luc Estang, Le Figaro littéraire

***

" Un récit vrai, frémissant de sensibilité, avec comme fond de décor la vie d’un collège dans une petite ville de province "

La Vie Catholique illustrée,  21/27 août 1963

***

" Monsieur Pierre MOLAINE … nous offre un récit éclatant de paix et d’une haute élévation morale – à contre-courant, absolument, du cynisme et de la veulerie de toute une frange de notre littérature actuelle. "

Alain PALANTE,  France catholique, 29 avril 1963

***

" J’ai rêvé de lumière est un livre de sacrifices librement consentis. Il a par là un caractère de sérénité dont la raeté séduit ".

Jean MISTLER, L’Aurore

***

" J’ai rêvé est un beau livre, sans complaisance comme sans fausse pudeur. Pierre Molaine a la plume incisive, mais il sait toucher au cœur. "

La Croix , 28 avril 1963

***

"Il est rare qu’un livre fasse une telle part aux bon sentiments, sans jamais donner l’impression qu’il pourrait attendrir le lecteur avec sensiblerie. Au contraire, par la netteté et musique sourde de son style, Pierre Molaine réussit à en faire un roman grave, viril et poignant. Voilà la littérature traditionnelle réhabilitée, sans fracas, noblement."

Alain BOSQUET, Combat, 27 juin 1963

***

"Il faut savoir gré à Pierre Molaine de nous avoir donné ce livre qui fait du bien alors que de tant d’autres ne s’échappent que miasmes. Grâce à lui nous aussi nous rêvons de lumière dans un monde obscur, un monde menacé parce que … l’on recherche hors de l’homme ce qui est en lui."

Jean LEBRAU, Le Courrier de la cité Carcassone, 18 mai 1963

***

"Nous tenons avec J’ai rêvé de lumière  une chose dense et complexe, admirablement définie dans son plan général, multiple en ses détours… une chose en un mot toujours humaine, souvent bouleversante pour qui sait prêter l’oreille aux voies secrètes de cette tendresse suprême qui a nom : idéal." 

Michèle FELZ, Femmes d’aujourd’hui, 26 septembre 1963

***

"... Un tel livre ne se résume pas. Sans parti pris d'édification, il garde l'accent profond de la vie, dans sa prose d'une belle pureté classique. Il parle aux âmes. Il mérite d'être entendu."

Louis PIZE, L'Echo liberté, 19 novembre 1963

***